Take a fresh look at your lifestyle.

Tout savoir sur le kyste ovarien

2 236

 

Où sont situés les ovaires ?

Un ovaire est une glande génitale féminine paire, où se forment les ovules et qui produit des hormones (œstrogènes et progestérone).
Ils se situent de part et d’autre de l’utérus. Dans l’ovaire, à chaque cycle menstruel, un ovule sort d’un follicule ovarien et se dirige vers les trompes de Fallope afin d’être fécondé. Les ovaires se situent dans le petit bassin et sont liés à l’utérus par les trompes.

Les fonctions de l’ovaire

  • La sécrétion des hormones (œstrogènes et progestérone).
  • Par ailleurs, les ovaires des femmes en période d’activité génitale possèdent des ovules immatures. Si des rapports sexuels ont lieu, la fécondation peut survenir dans les trompes utérines et provoquer une grossesse.

Définition d’un kyste ovarien

Le kyste ovarien se développe dans l’ovaire. Il correspond à un sac rempli de liquide. C’est un follicule, plus précisément un corps jaune qui reste en surface et ne régresse pas. Leur taille, leur nombre et leur emplacement dépend d’une femme à une autre.

Un cycle se développe. Lorsqu’il est petit, on parle de follicule. Si le follicule n’éclate pas au moment de l’ovulation, il continue à croître et peut évoluer en kyste. Lorsque le follicule grossit anormalement, on parle alors de kyste. Cependant la plupart régressent dans les deux mois.

Ce problème est assez fréquent puisque la plupart des femmes en développent durant leur existence. Néanmoins, c’est un sujet d’inquiétude pour la majorité d’entre elles. Les kystes sont à 50% des cas indolores et très rarement graves.

Les kystes ovariens sont souvent des tumeurs bénignes qui peuvent survenir à tout âge mais ils sont courants à la puberté et avant la ménopause. Ils se forment dans l’une des deux ovaires, sous la forme de poche liquide soit dans la totalité soit en partie.

La grande majorité des kystes fonctionnels sont dus à un dysfonctionnement du cycle menstruel comme par exemple un déséquilibre hormonal.

Ils sont découverts de manière fortuite lors d’une échographie pelvienne, d’un examen gynécologique de contrôle ou d’un problème d’infertilité. Lorsqu’elle se révèle maligne, elle peut causer un cancer de l’ovaire mais c’est très rare. Il existe deux sortes de kystes. Il y a les kystes fonctionnels et les kystes organiques. Tandis que les kystes fonctionnels représentent 90% des kystes ovariens, les kystes organiques sont assez rares.

Les kystes fonctionnels

Un kyste est dit fonctionnel s’il est lié au fonctionnement de l’ovaire et s’il est provoqué par la stimulation hormonale des follicules destinés normalement à devenir des ovules.

Ils sont sans danger mais nécessitent toutefois une surveillance permanente. Les kystes fonctionnels peuvent être dus à la prise des pilules minidosées (contraception orale) ou par des stimulants ovariens et des grossesses au premier trimestre. Ainsi, la contraception progestative sans œstrogènes et l’aide médicale de procréation peuvent engendrer des kystes fonctionnels qui dépassent rarement 5 cm.

Ils sont découverts par hasard lors d’une échographie de contrôle. Des règles irrégulières et des douleurs au bas-ventre peuvent être des signes.

Ils sont bénins dans 95% des cas et sont cancéreux dans 5% des cas. Notons que 5% des femmes ménopausées présentent des kystes fonctionnels.

En règle générale, ils disparaissent en quelques mois sans aucun traitement. 70% des kystes fonctionnels régressent en 6 semaines et 90 % en 3 mois. 

S’il ne disparaît pas spontanément, le médecin vous prescrira un traitement. Tout kyste qui persiste au-delà de 3 mois n’est plus considéré comme fonctionnel et nécessite une analyse.

S’ils ne disparaissent pas spontanément, le médecin pourra vous prescrira un traitement hormonal. Les kystes fonctionnels nécessitent toutefois une surveillance. Dans la majorité des cas, le kyste ovarien fonctionnel est bénin.

Les kystes organiques

Lorsqu’ils dépassent 3 cm, on parle de kystes organiques. Ils sont engendrés par le développement anormal des cellules de l’ovaire. Les kystes organiques encore appelés « vrais kystes », contiennent du tissu graisseux, osseux, dentaire, pileux ou cartilagineux.
Il en existe plusieurs types :

    • Lorsque le kyste est dit dermoide, c’est lorsque les tissus ressemblent généralement à ceux de la peau. Les kystes dermoides peuvent contenir des cheveux et des dents et du tissu graisseux. Mais ils sont rarement cancéreux.
    • Les kystes dysembryomes s’ils contiennent des tissus pileux. Il est parfois nécessaire d’enlever de tels kystes car ils peuvent rompre l’abdomen.
    • Les kystes dont le contenu est hémorragique sont liés à l’endométriose et contiennent du sang. Ils sont appelés kystes endométriosiques.
      Les kystes qui contiennent du mucus sont appelés kystes mucineux.
    • Les kystes qui contiennent un liquide similaire au blanc d’œuf sont appelés kystes séreux.

Le kyste peut se rompre, entraîner des saignements dans l’abdomen et des douleurs. Le kyste organique est également bénin en raison de l’absence de régression spontanée. Ils peuvent être malins et être à l’origine des métastases ganglionnaires et péritonéales. Ce risque de malignité augmente après la ménopause. Si les kystes organiques entraînent des douleurs aiguës et des torsions à l’ovaire, l’intervention sera faite en urgence en cœlioscopie. Les kystes organiques peuvent évoluer et faire suspecter un cancer de l’ovaire.

Syndrome polykystique

Certaines femmes possèdent plusieurs kystes aux ovaires. On dit qu’elles ont des ovaires polykystiques. Dans ce cas, il s’agit d’une maladie hormonale. D’autres signes sont apparents tels que l’infertilité, la pilosité importante, l’absence de règles ou l’acné. Ce qu’il faut savoir c’est que malgré les ovaires polykystiques, nous pouvons tomber enceinte. Néanmoins, le syndrome des ovaires polykystiques est une affection rare qui touche 10% des cas.

Kyste durant la grossesse

Durant la grossesse, il très fréquent de découvrir un kyste ovarien. Si le kyste crée de fortes douleurs, ils doivent être ôtés chirurgicalement. Il n’aura aucun impact dans le développement de votre bébé. Si la femme possède des kystes en cas de grossesse, la césarienne sera obligatoire.

Diagnostique d’un kyste

Le diagnostic se fait généralement lors d’un examen gynécologique classique. Sinon, ils peuvent être perçus à la palpation et ceci lors d’un toucher vaginal. Cependant, ils doivent être suffisamment gros. L’échographie nous aidera à déterminer la taille de même que la forme et l’emplacement. En cas de kyste volumineux, une IRM est indispensable.

Et enfin, une radiographie nous permettra de voir parfois les calcifications liées au kyste. La cœlioscopie est un moyen de visualiser l’aspect du kyste et de pratiquer une exérèse du kyste. D’autre part, nous pouvons effectuer un dosage d’une protéine, la CA 125. Cette dernière est très présente dans certains cancers des ovaires.

Complications des kystes

Les kystes et les tumeurs ne provoquent pas de symptômes au stade initial. Cependant à un stade plus avancé, des symptômes peuvent se manifester comme des cycles irréguliers, des douleurs pelviennes, des tiraillements, une constipation, des troubles urinaires, des pressions, des règles très douloureuses, de même qu’une pâleur, une fièvre, des nausées et des vomissements.

De ce fait, qu’ils soient organiques ou fonctionnels, certains kystes bénins peuvent entraîner de multiples complications. Pour cela, il vaudrait mieux consulter un médecin dès les premiers signes.

Ils peuvent engendrer une torsion. Ainsi, le kyste se tourne sur lui-même. Ce qui provoque un pincement des artères et un arrêt de la circulation, provoquant une forte douleur et un manque d’oxygène dans l’ovaire. Il est vrai qu’au début il peut être bénin mais avec le temps il peut grossir et engendrer une torsion de l’ovaire. La torsion de l’ovaire nécessite une hospitalisation immédiate. Cette urgence médicale consistera à détordre l’ovaire. Cette complication survient généralement dans le cas de gros kystes. La femme ressentira une douleur aiguë associée à des nausées et à des vomissements.

Le kyste peut également se rompre et entraîner un écoulement de sang dans l’abdomen et de fortes douleurs. Ce phénomène nécessitera une intervention chirurgicale. Il s’agira d’une urgence médicale puisque la douleur persistera et sera violente. Une rupture peut engendrer une fièvre.

Le kyste peut aussi générer une hémorragie intrakystique (qui cause une douleur intense) et une hémorragie extrakystique péritonéale (symptômes similaires à la rupture de kyste).

Le kyste peut également provoquer une compression des organes voisins et générer ainsi un problème de constipation, une compression de la vessie (des envies fréquentes d’uriner) ou des compressions de veines (des œdèmes).

Il peut aussi provoquer une infection ovarienne. Ce phénomène sera produit suite à une rupture de kyste. A ce moment, une intervention chirurgicale sera nécessaire de même qu’un traitement antibiotique.

Mode de surveillance

Quelque soit le kyste, une surveillance est nécessaire, surtout si vous ressentez des douleurs pelviennes. Une échographie de contrôle régulière est indispensable.